Culture post-coloniale, 1961-2006
traces et mémoires coloniales en France
Sortie le 12 oct 2011
Sous la direction de Pascal Blanchard, Nicolas Bancel
Avec la collaboration de Sandrine Lemaire
Postface de Abdourahman A. Waberi
19.30 €
Plus de cinquante ans après le début de la guerre d'Algérie et la défaite indochinoise, la France redécouvre son passé colonial. Néanmoins, il lui reste à découvrir qu'elle est aussi une société post-coloniale, que la colonisation a « fait retour » en métropole et a marqué des champs de la culture, de la politique et les débats sur les mutations contemporaines de la société française. Ainsi, au cours des dernières décennies, bien des phénomènes demeurent liés à la période coloniale et à ses héritages : la coopération s'est installée, la francophonie a émergé, les immigrations post-coloniales se sont poursuivies, le débat sur l'esclavage est réapparu, la concurrence des mémoires s'est envenimée, les représentations du monde et de l'Autre se sont vu liées au « temps des colonies », la littérature s'est abreuvée d'influences et d'auteurs issus des ex-colonies, le « tourisme ethnique » est devenu un produit de consommation courante... Tout cela forme notre culture post-coloniale contemporaine, faite d'héritages métissés, recomposés, qu'il s'agit d'interroger dans la longue durée. Le surgissement de mémoires coloniales concurrentes, les rebondissements législatifs de février 2005 liés au rôle supposé « positif de la colonisation », le discours de Dakar, la crise de l'immigration (2005-2010), la montée du Front national et des discours d'exclusion (2007-2011) nous obligent à considérer dans toutes ses dimensions la question post-coloniale.